I-J

La Première pierre

Unknown 347

L’engagement militaire des pays européens en Syrie, en Iraq ou en Afghanistan, ces dernières années, suscite, chose logique, son lot d’ouvrages. Songeons, récemment, à Anne-Cathrine Riebnitzsky avec Les Guerres de Lisa, roman auquel celui de Carsten Jensen (né en 1952), La Première pierre, fait immanquablement écho (Anne-Cathrine Riebnitzsky est d’ailleurs citée dans la liste des remerciements). Question montée en puissance et intensité de la dramaturgie, on peut également penser à Week-end à Zuydcottede Robert Merle. La Première pierre relate le périple, de nos jours, d’un groupe de soldats danois en Afghanistan, cette « plaine infinie recouverte de souffrances ». Tous les membres de cette 3esection ont de bonnes raisons de s’engager, sans toujours avoir vraiment conscience de ce que leur geste signifie. « Tu n’es pas dans l’armée pour jouer au héros. Tu n’es pas ici pour gagner toutes les guerres auxquelles ton arrière-arrière-grand-père et ses descendants n’ont jamais pris part. Tu es dans l’armée pour apprendre à être un type normal. Pour faire ton devoir, prendre les ordres au sérieux, utiliser ta tête autrement que comme un mégaphone pour ta propre connerie. » Voilà ce qu’ils apprennent en préambule, par la voix de leur chef, Rasmus Schrøder. L’Afghanistan est en guerre : les talibans contre les troupes étrangères, les seigneurs de guerre contre les talibans et les troupes étrangères. Tous contre tous, autrement dit, au gré des alliances qui ne durent jamais bien longtemps. On se souvient peut-être du témoignage de Åsne Seierstad, Le Libraire de Kaboul, une quinzaine d’années auparavant. La situation semble ne pas avoir changé, sinon en pire. La violence est omniprésente, elle atteint indistinctement les soldats et les civils, les vieux et les enfants, elle ne semble pas devoir s’éteindre de sitôt. La Première pierrefait entrer le lecteur dans la vie quotidienne d’un bataillon, qui se soude au fur et à mesure que les événements dramatiques s’accumulent autour de lui. Bravoure, trahison, amitié, amour, manipulation, tout est là, dans ce chaos indescriptible et au-delà de l’humain qu’aucun de ces soldats n’avait cru avoir à subir. L’Afghanistan dévoile ses paysages, majestueux ; ses rites, ancestraux aux yeux des Occidentaux. L’Afghanistan est un piège. Ces soldats danois l’apprennent à leurs dépens avec, dans les rôles principaux, plusieurs personnages marquants : Schrøder, le traître converti à l’islam (ou pas), ancien concepteur de jeux vidéos ; Hannah, femme soldat, qui oscille entre l’amour et la révolte ; Sara, afghane énigmatique qui aurait voulu être libre ; et les autres, nombreux. La Première pierren’est pas qu’un roman de guerre. C’est, beaucoup plus fort, le roman d’un groupe d’hommes (et d’une femme, Hannah, plus éventuellement Sara) embringués dans une situation dont ils ne saisissent pas tous les enjeux et qui les dépasse complètement. Et dont, pour ceux qui survivront, ils souffriront comme jamais ils ne l’auraient imaginé. « Ce n’est pas l’harmonie des sphères, ce sont les explosions qui sont le mode d’existence de l’univers. » Costaud.

 

* Carsten Jensen, La Première pierre(Den første sten, 2015), trad. Nils C. Ahl, Phébus, 2017

Maurice et Mahmoud

Unknown 348

Le thème est peut-être un peu éculé, une histoire d’amitié entre deux individus que de grandes différences culturelles séparent a priori, et pourtant, le roman de Flemming Jensen (né en 1948), Maurice et Mahmoud, de par son humour, est d’actualité. Maurice Johanssen est comptable. Quand il divorce, après vingt-huit ans de vie commune, sa femme, récupère l’entreprise, qui était si judicieusement à son nom, et le voilà à la porte : de sa maison et de son emploi ! Heureusement, son jeune employé Mahmoud Abusaada, une vingtaine d’années plus jeune, lui propose de l’héberger dans son modeste appartement d’un quartier modeste de la banlieue de Copenhague. Et les gags, dès lors, de se succéder. Mahmoud est musulman. Pour Maurice, c’est une découverte, il n’y avait jamais fait attention puisque ce n’était pas un musulman qu’il recherchait lorsqu’il l’avait embauché. « Quand j’y pense, c’était idiot de considérer Mahmoud comme un étranger. Il était né et avait grandi au Danemark, était allé à l’école au Danemark et parlait bien évidemment sans le moindre accent. Grammaticalement, il s’en sortait bien mieux que n’importe quel présentateur sportif. » Les situations cocasses s’enchaînent, puis les quiproquos lorsqu’une impossible histoire d’amour se noue entre Mahmoud et une voisine pas franchement gagnée. On imagine sans mal une version BD de ce roman, avec Charb comme dessinateur, mais voilà, l’attentat contre Charlie-hebdonous rappelle que les cons, les cons de toutes sortes, supportent mal l’humour. S’ils ne le comprennent pas, ils devinent combien celui-ci peut les déstabiliser et répondent par la violence, plus dans leurs cordes. La lecture de ce petit roman pourrait leur être recommandée, sans trop d’espoir toutefois, elle leur apprendrait au moins l’humilité – autrement dit, qu’il est vain de combattre l’humour, arme anti-cons par excellence. « …Certains sujets sont si sérieux et délicats qu’on ne devrait pas laisser des personnes dépourvues d’humour y toucher », note d’ailleurs, malicieusement, Flemming Jensen en introduction de son roman.

 

* Flemming Jensen, Maurice et Mahmoud(Mogens og Mahmoud, 2012), trad. Andréas Saint Bonnet, Gaïa, 2013

« Le rire est une approche intellectuelle qui redonne souvent aux désagréments de la vie leurs proportions objectives. » (Flemming Jensen, Maurice et Mahmoud)

L’Art de pleurer en chœur

Unknown 349

L’idée n’est pas nouvelle, divers psychologues et psychiatres se sont déjà employés à démontrer que la famille, en tant qu’institution, est une véritable fabrique à maladies mentales. Un cinéaste comme Thomas Vinterberg s’y est exercé dans Festen. Avec L’Art de pleurer en chœuret Sincères condoléances, l’écrivain danois Erling Jepsen reprend le flambeau, maniant pour cela un humour aussi noir que convaincant.

Les parents d’Allan, écrivain et dramaturge, résident dans le sud du Jutland. Il n’a plus de relations avec eux. Jusqu’au jour où il apprend la mort de son père. Il décide d’envoyer une couronne mortuaire ornée des paroles d’usage, « sincères condoléances », puis de se rendre auprès de sa mère pour l’assister dans le chagrin qui, croit-il, la ravage. Mais la femme qu’il découvre se ravit d’être enfin veuve. Elle n’est guère si vieille, espère déménager et disposer enfin d’une salle de bain, c’est une nouvelle vie, affirme-t-elle, qui récompense ses années de malheur auprès d’un époux acariâtre. Allan est décontenancé. Ce père qu’il avait longtemps considéré comme une sorte de bourreau qui terrorisait sa femme et violait sa fille, voilà qu’il va se prendre d’affection pour lui et douter des causes de sa mort : l’affreux bonhomme n’aurait-il pas été assassiné ? Une affection à rebours, difficile à assumer, en opposition totale avec le personnage qu’il croit être devenu. « Il mangeait un peu comme son père, à part qu’il ne posait pas le journal à côté de son assiette, comme le faisait le laitier. Pour le reste, on aurait pu s’y tromper. (…) Allan s’était mis à ressembler à son père avec l’âge. » Terrifiant, à vrai dire.

 

* Erling Jepsen, L’Art de pleurer en chœur(Kunsten at graede i kor, 2002), trad. Caroline Berg, Sabine Wespieser, 2010 et Sincères condoléances(Med venlig deltagelse, 2006), trad. Caroline Berg, Sabine Wespieser, 2011