U-V-W

It’s all about love

Avec It’s all about love, Thomas Vinterberg réalise un film joliment tourné mais... dont l’intrigue est sans intérêt. Une danseuse étoile veut mettre un terme à sa carrière, mais ses imprésarios refusent car sans elle leurs affaires cessent. Son ex-mari survient à temps pour la protéger. Course poursuite à New York, puis dans les forêts enneigées de Pologne, peut-être. Tout cela sur fond de science-fiction (il neige à Paris au mois de juillet ou en Afrique). Quel rapport ? Un film qui ne s’inscrira pas dans les mémoires.

 

* Thomas Vinterberg, It’s all about love (2002)

La Communauté

Peut-être n’avons-nous rien compris, mais il nous semble qu’il y a comme une tromperie dans le titre de ce film de Thomas Vinterberg, La Communauté. Le fait que des individus vivent ensemble à un moment donné ne suffit pas pour parler de « communauté ». Une volonté commune doit insuffler à ce groupe humain une cohésion. Rien de tel, ou a minima, dans ce film. Un couple et leur fille adolescente, lui, Erik, professeur de fac, et elle, Anna, présentatrice du journal télévisé, se retrouve propriétaire d’une grande maison à Copenhague. Pour alléger les frais, des amis sont contactés et tous décident de vivre ensemble. Mais du pourquoi de cette aventure, de ses objectifs, nous n’en saurons rien ou quasiment. L’ambiance politique de l’époque (les années 1970), qui explique pourquoi tant de communautés se sont créées en opposition à la société marchande, n’est restituée que par la voix d’Anna, très brièvement, dans ses bulletins d’informations. Le film est axé sur la relation entre Erik et l’une de ses étudiantes, Emma, qui devient sa maîtresse. Anna accepte la situation et Emma est la nouvelle locataire de la maison. Assez vite, les relations se tendent. On se souvient du film du Suédois Lukas Moodysson, Together (2000), caricature de la vie communautaire. Celui-ci, La Communauté, échappe certes aux clichés les plus flagrants, dont Together regorgeait, mais n’est-il pas en même temps complètement hors sujet ?

 

* Thomas Vinterberg, La Communauté (Kollectivitet), Le Pacte, 2015

Melancholia

Melancholia, de Lars von Trier : quel ennui, à regarder ce film ! Deux parties. La première, consacrée au mariage de Justine, un fiasco. La seconde, à sa sœur, Claire. Il ne se passe rien, sinon des querelles, membres de la famille et invités les uns contre les autres, sous des prétextes futiles, avant de se rabibocher. Doit-on sourire ou non ? Pendant ce temps, un « astre transitoire » appelé Melancholia s’approche de la Terre. Notre planète sera-t-elle heurtée – ce qui signifierait la fin de toute vie humaine ? Cela nous semble artificiel et sans intérêt. Ce n’est pas un film de science-fiction, l’intrigue est bien trop légère, ce n’est pas un film de mœurs, pour la même raison. « Ce film appartient à la catégorie (rare) des classiques instantané » (Libération) ; « Un film magnifique, de ceux dont la vision restera gravée en nous » (Le Monde). Nous n’avons pas dû voir le même film que ces critiques, étonnamment dithyrambiques.

 

* Lars von Trier, Melancholia(Melancholia, 2007), Agnes b./Potemkine (2011)

Epidemic

Deux hommes, Lars et Niels, envisagent de réaliser un film ensemble, sur une histoire d’épidémie. Dans le même temps, un médecin veut lutter contre une épidémie et la propage. Les deux intrigues se percutent. C’est le résumé de ce film de Lars von Trier, Epidemic. Qu’en dire de plus, sinon qu’il est en noir et blanc, qu’il y a de belles images ?

 

* Lars von Trier, Epidemic (1987)