H-I-J

Recalé

Signée Michael Hjorth et Hans Rosenfeldt, la série centrée sur le personnage de Sebastian Bergman, un profiler addict au sexe ou plutôt aux relations sexuelles avec des femmes, fonctionne bien. Dans ce nouveau volume, Recalé, qui prend pour cadre Stockholm et Ulricehamn, petite ville entre Borås et Jönköping, des vedettes de la téléréalité sont victimes d’un tueur en série. Il semble que celui-ci les accuse de colporter la sottise au détriment du savoir. « Le mépris de la connaissance. La glorification de l’idiotie. La bêtise comme facteur de succès. » Voici ce qu’un mystérieux tueur en série reproche, plus encore qu’à ses victimes, au système qui autorise, finalement, qu’un lamentable Donald Trump accède à la présidence des États-Unis. Pour délivrer sa vision du monde, il assassine des individus responsables, à un niveau ou à un autre, de cette déliquescence. Membre controversé de l’équipe de policiers, Sebastian Bergman trace tout de suite son portrait, sans bien sûr pouvoir lui attribuer un nom. « Notre homme n’est pas poussé par le désir ou la pulsion. Il tue parce qu’il le veut, pas parce qu’il le doit. (…) Nous n’avons encore jamais rencontré quelqu’un comme lui. » Sebastian a renoué avec Vanja, « elle était bien la fille de son père », sa collègue par ailleurs, qui sait maintenant qu’il est son géniteur et qui, du coup, voit son monde vaciller. Ses relations sexuelles multiples lui occasionnent des tracas ; les policiers de son équipe connaissent eux aussi divers soucis relationnels. Une bonne série, addictive (puisque le mot est lâché au sujet du personnage principal). Ce volume – qui prend le risque de rendre l’assassin sympathique – interroge adroitement sur l’usage du savoir dans notre société contemporaine, quand l’informatique semble n’en faire qu’un attribut du passé : « La société vénérait la superficialité et la bêtise. Savoir des choses, c’était snob. Travailler, c’était pénible. Débile. Inutile si les connaissances ne procuraient pas des avantages économiques immédiats, ou une quelconque cerise sur le gâteau de la vie. (…) Pourquoi étudier ? » De bonnes questions, intelligemment traitées par un Sebastian Bergman aussi agaçant qu’attachant.

 

* Michael Hjorth et Hans Rosenfeldt, Recalé (De underkända, 2015), trad. Rémi Cassaigne, Actes sud (Actes noirs), 2019

Le Pays du crépuscule

Publié en France dans une collection policière (« Actes noirs », chez Actes sud), ce roman comme les deux précédents de l’auteure, Le Pays du crépuscule, de Marie Hermanson, joue en fait sur différents tableaux et ne relève qu’incidemment du genre policier. Roman à intrigue ? Assurément. Dans lequel les policiers ne font qu’une brève apparition. Le titre, d’ailleurs, est repris d’un ouvrage de Astrid Lindgren (1949). L’histoire est singulière : une jeune fille se retrouve employée dans une propriété tenue par une vieille dame qui n’a plus toute sa tête, bloquée dans les années 1940. Son personnel, cette jeune fille, Martina, et son amie, Tessa, doivent revêtir des costumes d’époque et s’adonner à des tâches inutiles. La vieille dame lit pourtant la presse et sort parfois se promener. Quand arrivent une adolescente en cavale, qui pense d’abord qu’il s’agit d’un jeu de rôles, puis deux hommes plombés par les soucis financiers, la tranquillité des lieux est menacée. Marie Hermanson continue sur sa lancée, des romans plus psychologiques que policiers. Le genre de livres que l’on peut aimer conseiller.

* Marie Hermansson, Le Pays du crépuscule (Kkymningslandt, 2014), trad. Johanna Chatellard-Schapira, Actes sud (Actes noirs), 2020

 

 

 

Corps-à-corps (Metropol, 1)

1540 4

Ancien champion du monde de boxe, Harry Kvist a monté sa propre agence de recouvrement de dettes, dont il est le seul employé : « détective privé » selon lui, « maître-chanteur » selon la police. Entre deux aventures, féminines ou plutôt masculines, il convainc avec poigne les débiteurs de régler leurs dettes au plus tôt. « Je ne manque pas de travail. Les gens sont démunis et désespérés, c’est là que je montre ma sale gueule et frappe du poing. » Le héros n’est pas d’emblée bien sympathique, après l’agression d’un dandy homosexuel dont il s’est rendu coupable pour lui dérober… un briquet en or. Son boulot, qu’il exerce sans état d’âme, fait de lui une petite frappe, comme le lui balancent les policiers qui le soupçonnent de meurtre : un homme que Kvist venait de rencontrer pour lui demander brutalement de s’acquitter d’une dette, a été retrouvé assassiné. Les soupçons se portent évidemment sur lui. Mais il est relâché et mène l’enquête de son côté, tentant de retrouver une femme qui l’avait accosté. Rien de palpitant dans ce roman, dont l’intérêt principal est de se passer à Stockholm, dans les années 1930. Trois ans de recherches, nous indique la quatrième de couverture, ont été nécessaires à Martin Holmén (né en 1974 et enseignant d’histoire, de suédois et d’histoire de la culture et des idées dans un établissement secondaire à Stockholm) pour tisser sa trilogie. Est-ce beaucoup ou trop peu pour s’imprégner d’une époque ? Les renseignements historiques, culturels, sociaux et, bien sûr, relatifs à l’enquête, sont égrenés au fur et à mesure du récit, les noms des boutiques, par exemples, apparaissent d’une extrémité à l’autre des rues, tout comme ceux des marques d’alors, mais tout semble restitué comme dans un décor hollywoodien. Voyou à la Jean Genet, Harry Kvist ne montre guère de compassion pour les individus qu’il approche, quels qu’ils soient. Seul compte le bénéfice qu’il peut tirer d’eux. Bof, bof !

 

* Martin Holmén, Corps-à-corps (Metropol 1) (Clinch, 2015), trad. Marina Heide, Hugo (Thriller), 2016

 

Compte à rebours

Unknown 235

Quel sale personnage, que ce Harry Kvist, au centre des romans dits policiers de Martin Holmén ! Nous le retrouvons en effet dans Compte à rebours, qui fait suite à Corps-à-corps. Et comme toujours, prompt à frapper qui ne lui revient pas, surtout quand les risques sont dérisoires (ce coup de pied aux fesses du nommé Ström, dès le début !). Il sort de prison et se réjouit que le jeune Gusten, son ex-compagnon de cellule, le rejoigne bientôt dans son logement. Mais un meurtre a eu lieu à proximité de chez lui, pendant sa détention, sa blanchisseuse a été retrouvée assassinée. « Je sens comme la vieille femme me manque, avec son sourire édenté et son bon cœur. Elle avait toujours un mot gentil, même pour ses clients un peu particuliers. » Accusé, le fils de celle-ci, donné pour « débile », est incarcéré dans un hôpital psychiatrique. Kvist a fait la promesse à cette femme de ne pas laisser ce fils sans aide. Et comme il est un homme d’honneur… « J’ai mangé des clopinettes dans tous les ports du monde, erré sans but, cogné tout un tas de gus pour du blé, et même fait l’homme-sandwich en attendant ma paye à San Francisco… » Dans Compte à rebours, l’ancien boxeur Harry Kvist endosse ainsi les habits de détective privé (« Un bon souffle et des poings de fer. Le reste va de soi. ») et se lance dans une enquête qui lui permet de décrire le Stockholm des années 1930 avec, comme dans le volume précédent, nombre de précisions. Cet aspect-là du roman peut séduire, plus que l’intrigue (le roi est mis en cause !), évidemment riche en bagarres et en rebondissements : « le retour triomphant de Harry Kvist » ?

 

* Martin Holmén, Compte à rebours (Nere för räkning, 2016), trad. Marina Heide, Hugo (Thriller), 2017

Les Noces perdues

Unknown 52

  Outre que les volumes de Anna Jansson ne sont pas publiés en France dans l’ordre initial de parution en Suède (le premier titre publié ici, L’Inconnu du Nord, plutôt bon, était en réalité le troisième de la série – inégale), la facétie se poursuit avec, pour ce roman qui vient de paraître, Les Noces perdues, un titre indiqué en couverture qui n’est pas celui indiqué en haut de page : Somnambule. L’erreur vient du fait que le titre suédois, Drömmen förde dig vilse, quelque chose comme Le Rêve perdu, a été traduit en anglais par Sleepwalker, qui signifie effectivement Somnambule. Mais alors, pourquoi Les Noces perdues ? On le comprend à la lecture du roman mais le titre original n’est-il pas celui choisi par l’auteur, donc celui auquel l’éditeur doit se tenir ? À notre avis, ce roman a été choisi sur sa version anglaise, puisque ce ne sont pas des choix littéraires qui guident la plupart des éditeurs mais des choix commerciaux, ce qui explique qu’il a d’abord été présenté aux libraires sous ce titre, Somnambule, avant de récupérer plus ou moins son titre d’origine et d’être imprimé avec l’un et l’autre. Bâclons, bâclons, ce n’est que littérature !

Les Noces perdues ? Au sortir d’une soirée à Visby en compagnie de son amie et collègue Erika Lund, l’inspectrice Maria Wern assiste à la violente agression d’un adolescent. Lui venant en aide, elle se fait elle-même tabasser. L’adolescent meurt. Un peu plus tard, c’est une jeune femme qui est retrouvée assassinée, dans une mise en scène macabre, puisqu’elle est habillée en mariée mais décapitée, un bouquet de muguet en main, près des remparts de la ville. La police est dépassée. D’autres meurtres ont lieu. Nous sommes bien à Visby, ville censée (hors saison touristique) être l’une des plus tranquilles du monde. Usant de rebondissements multiples, Anna Jansson tient le lecteur en haleine. Mais est-ce suffisant pour signer un bon livre ?

Anna Jansson, Les noces perdues (Drömmen förde dig vilse, 2010), trad. Carine Bruy, Le Toucan (Noir), 2015

Les Âmes englouties

Pas franchement un roman policier, Les Âmes englouties de Susanne Jansson. Un ouvrage déconcertant, intéressant, qui, par bien des aspects, peut rappeler la série télévisée Jordskott de Henrik Björn. Dans les tourbières du Dalsland, un « endroit désolé » à peu de distance de Åmål (ville de naissance, en 1972, de l’auteure), des disparitions se produisent à intervalles réguliers. Les plus anciennes semblent remonter à la nuit des temps. Des « revenants » seraient-ils à l’œuvre ? C’est ce que pensent certains habitants des lieux, faits troublants à l’appui : « J’ai lu des théories sur les forces maléfiques, les fantômes, les esprits. Si on y croit ne serait-ce qu’un tout petit peu, ces disparitions ne sont peut-être plus si inexplicables. » Mais les enquêteurs envoyés sur place sont sceptiques. Notamment Maya Linde, artiste photographe qui exerce aussi pour la police, et qui rencontre les divers protagonistes de l’intrigue. « Les arbres se montraient encore rares et le sol était constitué de grandes touffes d’herbes et de mares sournoises. Traverser ce genre d’étendue sauvage était un vrai défi. En revanche, à distance, le paysage était onirique, presque attirant. » Journaliste et photographe free-lance, Susanne Jansson livre là un premier roman de très bonne facture, avec de fréquentes références à la culture suédoise, assez différent, de par son traitement, de ceux qui s’inscrivent habituellement dans le polar dit nordique. On ne peut que souhaiter la lire de nouveau.

 

* Susanne Jansson, Les Âmes englouties (Offermossen, 2017), trad. Marianne Ségol-Samoy, Presses de la Cité, 2019