G-H-I-J

Åsa Grennvall

Les albums de l’auteure-illustratrice Åsa Grennvall déconcertent – et c’est un compliment. Qu’il s’agisse de 7e étage (trad. de l’anglais Chloé Marquaire, L’Agrume, 2013) ou de Album de famille (trad. Aude Pasquier, L’Agrume, 2014), on sort profondément ébranlé de ces lectures. Quand, par ailleurs, on découvre que le premier titre (coédité avec Amnesty International) est autobiographique… Deux ouvrages de bande dessinée qui relatent des bribes de vies tristement banales.

7e étage montre comment, réflexions sournoises et culpabilisatrices à son encontre s’enchaînant, une femme en vient à se laisser frapper par son compagnon. « C’était lui et moi contre le reste du monde. Le futur nous appartenait ! » Il lui faut un courage énorme pour rompre le cercle infernal (s’il me frappe c’est parce qu’il m’aime et parce que j’ai mal agi à son égard… !) et porter plainte. Les dessins en noir et blanc accentuent la dureté du propos.

Album de famille fait converser plusieurs individus, membres, au départ, d’une même famille ou aspirant à le devenir. Les sentiments sont exposés crûment, la hauteur d’âme n’est pas forcément au rendez-vous. Les scènes sont étrangement familières : sans doute, notamment, parce que Åsa Grennvall semble refuser tout artifice graphique. Sa palette en noir et blanc lui suffit pour exprimer les innombrables mesquineries de la vie familiale. On apprécie – pourtant… ! 

Un Rêve d’Europe

« En 2016, une odeur nauséabonde s’est répandue sur la Terre, comme après une remontée des eaux usées du destin. J’avais des sueurs froides à voir les partis fascistes se relever et remporter un à un les élections. Plus personne ne semblait croire aux idéaux européens de démocratie et de coopération... » Le narrateur (l’auteur lui-même) de cette bande dessinée signée Fabian Göranson, Un Rêve d’Europe, entreprend un beau jour, et puisque la vie au quotidien avec sa compagne laisse à désirer, un voyage au travers du continent européen. À la poursuite d’une chimère, peut-être, la construction de cette Europe unie et démocratique imaginée au lendemain immédiat de la Seconde Guerre mondiale. De Berlin à Paris, de Rome à Athènes, de Belgrade à Budapest, il retrouve des villes où il a vécu quelque temps et en découvre d’autres. Que de changements ! « Cette Europe dont je rêve n’existe plus. Elle a déjà fait sa métamorphose. Le monde ne court pas à sa perte, il s’y précipite. » Peu d’actions dans cet ouvrage, mais une déambulation intéressante de deux personnages, le narrateur et son ami Daniel, dans des cités toutes douloureusement marquées par l’histoire. Les idéaux de naguère n’ont pas été couronnés de succès, l’avenir semble compromis. Le populisme de droite s’apprête-t-il à ravager cet éternel champ de bataille ? Au lendemain des élections européennes qui ont vu une énième progression des partis d’extrême droite, la lecture du livre de Fabian Göranson ne peut qu’inciter à réfléchir et à poser enfin les bases d’une Europe démocratique, juste et libre – avant qu’il ne soit trop tard ! « Le ciel du futur est lourd de nuages menaçants. »

 

* Fabian Göranson, Un Rêve d’Europe, trad. Sophie Jouffreau, Rackham, 2019