D-E-F

Le Mauvais génie

Matti Nykänen (1963-1919) a été un grand sauteur à skis, quadruple champion olympique : à Sarajevo en 1984 et à Calgary en 1988. Adulé en Finlande pour ses exploits, il a aussi été connu pour ses frasques : divorces, violences diverses, alcool... « ...Matti détonne parmi les sportifs finlandais, volontiers taiseux ou laconiques, tandis que lui, bien que timide, est sociable et loquace ». Des pays éditent des timbres à son effigie (Laos, Paraguay, Guinée...) Mais la gloire le déstabilise, elle le détruit. Sa reconversion comme chanteur pop rock disco ne convainc pas vraiment. Il gagne de l’argent, en perd encore plus, fait du strip-tease, devient la risée du pays, se retrouve en prison... « C’est un gars qui ne sait pas être tout seul. Il enchaîne alors sa vie de rock star et de poivrot médiatique doublement divorcé. » Les médias ne le lâchent plus, ses déclarations, souvent sous l’emprise de l’alcool, sont reprises, moquées. Drôle de personnage, assurément, bien pathétique, dont le critique cinématographique suisse Alain Freudiger (né en 1977 et habitué des séjours au « pays des mille lacs ») trace le portrait, nous rappelant au passage que la Finlande n’est pas le pays dénué de toute violence que l’on imagine souvent. « À la fois criminel et angélique, Matti Nykänen est peut-être perçu comme le mauvais génie de la Finlande. » Le revers de la médaille.

 

* Alain Freudiger, Le Mauvais génie (une Vie de Matti Nykänen), La Baconnière, 2020