Cinéma

Fruit défendu

19849675

Dans Fruit défendu (Kiellety hedelmä), la caméra de Thomas Dome Karukoski (né en 1976) offre de belles images de la Finlande, aussi bien de ses paysages ruraux que de ceux d’Helsinki. De belles images également de l’adolescence. Deux amies à peine majeures quittent leur famille, adeptes de la doctrine du pasteur luthérien suédois Lars Levi Læstadius (1800-1861), pour travailler dans une blanchisserie industrielle. La capitale suscite mille envies, qu’elles tentent ou non de réfréner ; leur sexualité balbutiante les désarçonne. Mais si l’une a du mal à désobéir aux ordres rigoureux de la communauté læstadienne, la seconde entend profiter de ce qu’elle découvre. Pourtant, la puissance de la communauté reprend le dessus et quand l’une des deux rentre dans le rang, ce n’est pas celle qui était attendue au tournant. Un beau film, plutôt déroutant, qui laisse le spectateur juge. (Sur un sujet proche mais traité de façon complètement différente, mentionnons le film de Mikko Niskanen, Amour libre, 1967.)

 

* Dome Karukoski, Fruit défendu (2009), Artedis

Le Havre

Unknown 233

Le cinéaste Aki Kaurismäki possède ses fans. Dont nous ne faisons pas partie. L’aspect, selon nous, humanitaro-kitsch de nombre de ses films ne nous séduit qu’à moitié. Le Havre emporte cependant notre enthousiasme. Pourquoi ? Peut-être parce que tout semble ici traité comme dans un conte, un conte d’aujourd’hui, affreusement moderne. Un gamin à la peau noire, sans papiers, erre dans les rues de la ville normande reconstruite après la Deuxième Guerre par l’architecte Auguste Perret et à présent classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Décor exceptionnel pour un parcours, hélas, loin d’être exceptionnel, en dépit des milliers de kilomètres parcourus et des difficultés rencontrées d’un bout à l’autre du voyage. Comme à son habitude, Aki Kaurismäki filme les regards pour célébrer les complicités. Qu’ils soient puisés dans les années 1950 ou dans la jungle de Calais, ses personnages ne sont pas des héros mais des êtres humains qui ressemblent à ceux que nous pouvons connaître, confrontés à une Histoire impossible à maîtriser. Leur comportement n’est pas tout à fait négatif, ni non plus tout à fait positif. Ils tentent de vivre ensemble, tout bonnement, et cet objectif plus ambitieux qu’il n’en a l’air, les conduit à lentement devenir rien moins que de paisibles héros. Originaire de cette ville, le chanteur Little Bob reprend le micro et s’agite sur scène comme un troll, soulignant d’un clin d’œil malicieux cette belle solidarité filmée, comme à son insu, comme par-dessus son épaule, par un Aki Kaurismäki très inspiré. Le Havre est un beau film.

 

 

* Aki Kaurismäki, Le Havre, 2011

 

+ Dans le n° 32 (automne 2016) de la revue Nordiques, un article de Aymeric Pantet : « Aki Kaurismäki, un cinéaste cinémathèque ». L’auteur propose d’examiner l’œuvre du cinéaste finlandais sous l’angle des références cinématographiques présente d’un film à l’autre. Intéressant. « …Cette dimension n’en est qu’une parmi d’autres au sein de l’œuvre de Kaurismäki. Toutefois, cette approche permet d’appréhender la structure filmique et le discours sur le monde développé par le cinéaste. Le rapport qu’il entretient avec l’art cinématographique et l’importance qu’il accorde à l’archivage donnent une clé de compréhension des grands enjeux de son cinéma. »

L’Autre côté de l’espoir

Unknown 360

Des films sur les migrants, sur la façon dont nous les accueillons, il y en a eu un certain nombre ces derniers temps. Mais quand Aki Kaurismäki s’exerce au genre, le résultat est forcément à prendre en compte. Voir L’Autre côté de l’espoir, par exemple. Deuxième volet de sa trilogie, après Le Havre(et peut-être dernier volet, puisque le réalisateur affirme, dans l’enregistrement audio d’une émission sur France-Inter le 16 mars 2017 animée par Laure Adler et proposée en bonus avec le DVD, qu’il préfère cueillir des champignons, autrement dit qu’il songe à prendre sa retraite !), L’Autre côté de l’espoirrelate l’arrivée de Khaled, réfugié syrien, en Finlande. Les autorités refusent de lui accorder des papiers et le jeune homme est obligé de s’enfuir du centre dans lequel il est hébergé. Si des nazillons cherchent à l’agresser (de « vrais Finlandais » ?), des gens ordinaires lui viennent en aide. Comme cet ex-VRP, devenu patron d’un restaurant, qui fait preuve d’une solidarité aussi banale... qu’exceptionnelle. « Les gens sont solidaires, mais les sociétés ne le sont pas » déclare Aki Kaurismäki (interrogé par Bruno Vincens, inL’Humanité, 9 mai 2018), affirmant par ailleurs que « l’humour ne fait jamais de mal. Gémir, pleurer n’aide en rien. » Le Havreétait déjà un très beau film, tourné de manière presque anachronique, avec des acteurs qui ont des gueules, avec une véritable intrigue, avec des coups de poings et des caresses pour les spectateurs. Celui-ci, L’Autre côté de l’espoir, montre une fois de plus que les bons sentiments n’empêchent pas de faire un excellent film. Humour, intelligence, humanisme... Voici quelques-unes des caractéristiques de ce film. Mais une trilogie en deux volumes, ce serait un peu bête, monsieur Kaurismäki : en ce qui vous concerne la retraite n’est pas pour tout de suite, on ne peut que vous encourager à produire d’autres films de cette qualité.

 

* Aki Kaurismäki, L’Autre côté de l’espoir(Toiron tuolla puolen, 2017), Diaphana (2017)

 

 

 

 

« Nous devons exterminer les riches et les politiciens qui leur lèchent le cul ! (…) Ils nous ont conduits à cette situations où les valeurs humanitaires ne valent rien. Si nous ne le faisons pas, ils nous tueront. » (Aki Kaurismäki, 2018, entretien cité sur le site Histoireetsociété)

 

La Fille aux allumettes/Ariel

Unknown 389

Sorti en 1988, Ariel(moyen métrage de soixante-neuf minutes) conte les mésaventures d’un homme, licencié d’une mine en Laponie, qui vient tenter sa chance à Helsinki. Hélas, à peine arrivé au volant de sa Cadillac décapotable (une vieille occasion récupérée au moment de son départ), qu’il se fait dérober l’argent juste retiré à la banque. Quand il retrouve son voleur, c’est lui qui est accusé et qui est envoyé en prison. Mais la femme qu’il a rencontré entre temps l’aide pour son évasion. Un beau film, qui n’est pas sans évoquer certains Charlot, avec ces personnages aux traits marqués, le peu de dialogues et la justice rendue malgré tout.

Sur le même DVD, La Fille aux allumettes. Les personnages de Kaurismäki ont tous des trognes sorties directement d’une mémoire ouvrière bien vivante. Ici, c’est Iris, jeune ouvrière dans une usine d’allumettes, qui s’ennuie. Ses parents l’ignorent et ses collègues de travail vivent leur vie, sans elle. Un soir, elle se maquille, revêt une robe neuve et va danser. Quand elle découvre qu’elle est enceinte, ne lui reste-t-il plus qu’à se « débarrasser du têtard », comme l’y convie l’homme dont elle est tombée amoureuse et qui se désintéresse d’elle ?

Deux films qui mettent en scène ces « petites gens » auxquels toute l’œuvre de Aki Kaurismäki donne la parole. Deux réussites, tant d’un d’un point de vue esthétique que sur le fond.

 

* Aki Kaurismäki, La Fille aux allumettes(1990)/Ariel(1988)

Olli Mäki

597021

Comme cela peut faire du bien de regarder un film en noir et blanc, sans artistes siliconés, ni effets spéciaux, ni cacophonie… ! « Il gagne en perdant, parce qu’il sort de ce monde qu’il rejette », explique, dans l’interview qui accompagne le film sur le DVD, Juho Kuosmanen (né en 1979), réalisateur (et également acteur et monteur) de Olli Mäki (prix « Un certain regard » à Cannes en 2016). Né en 1936, boulanger dans une petite ville de Finlande, Olli Mäki est un boxeur qui, en 1962, a concouru au titre de champion du monde de boxe, catégorie poids plume. Cet été-là, il tombe amoureux de Raija. La pression que son entraîneur lui met sur les épaules s’affronte aux sentiments qu’il éprouve pour la jeune femme. Un très beau film, dont le spectateur sort sonné, non pas par les coups de Olli Mäki (comme l’affirme le cinéaste, ce n’est pas vraiment un film sur la boxe), mais par son attitude mesurée, sans rapport avec celle de la plupart des champions sportifs d’aujourd’hui. La gloire et l’argent ou… la sérénité et l’amour ? Un film, on le voit, plus que jamais d’actualité.

 

* Juho Kuosmanen, Olli Mäki (Hymyilevä mies), Black out (2017)

Lake bodom

Lake bodom 1136335901 l

 Lake bodom, de Taneli Mustonen (né en 1978, réalisateur et scénariste pour la télévision finlandaise) : Trois personnes ont été retrouvées assassinées au bord d’un lac de Finlande, en 1960, alors qu’elles campaient. Le meurtrier n’a jamais été retrouvé. De nos jours, quatre adolescents se rendent sur place, passer une nuit sous la tente et, qui sait, résoudre l’énigme. Mais les deux jeunes filles ont pour projet d’assassiner les deux jeunes hommes, avant d’être à leur tour victimes du… tueur historique. Les forêts boréales sont très belles, même la nuit, dommage qu’elles soient ainsi fréquentées par des braillards.

 

* Taneli Mustonen, Lake bodom (2016), AB Vidéo, 2017